Le modèle manzonien et le roman contemporain. Quelques remarques sur Eco et Calvino