De l'écrit à l'écran: Georges Perec et le cinéma italien