Après avoir suscité en Italie, pendant près de dix ans, toutes sortes de controverses politiques et sociales, la « question territoriale » paraît revenue à la normale. Jusqu’au début de l’an passé, la menace que la Ligue du Nord faisait peser sur l’unité nationale était alarmante. Dans le Nord et surtout le Nord-Est, l’État italien semblait faire l’objet d’un rejet massif : le projet « sécessionniste » était certes minoritaire, mais bien implanté dans des secteurs influents de la société. Or, depuis quelques mois, la question semble moins pressante ; l’agenda politique national se concentre sur d’autres priorités, plus traditionnelles et, dans une certaine mesure, plus rassurantes : le chômage, l’instabilité des marchés, la réforme électorale. La seule fracture territoriale significative redevient ainsi celle qui oppose le Nord et le Sud : grave, mais pas au point de mettre en cause l’unité et ’identité nationales. Les risques de division ont-ils donc disparu ? Les tensions indépendantistes se sont-elles évanouies ? Je ne l’affirmerais pas. Je pense au contraire que ce conflit a simplement revêtu une autre forme, emprunté une autre voie.

Italie du Nord-Est : une sécession invisible

Ilvo, Diamanti
1999-01-01

Abstract

Après avoir suscité en Italie, pendant près de dix ans, toutes sortes de controverses politiques et sociales, la « question territoriale » paraît revenue à la normale. Jusqu’au début de l’an passé, la menace que la Ligue du Nord faisait peser sur l’unité nationale était alarmante. Dans le Nord et surtout le Nord-Est, l’État italien semblait faire l’objet d’un rejet massif : le projet « sécessionniste » était certes minoritaire, mais bien implanté dans des secteurs influents de la société. Or, depuis quelques mois, la question semble moins pressante ; l’agenda politique national se concentre sur d’autres priorités, plus traditionnelles et, dans une certaine mesure, plus rassurantes : le chômage, l’instabilité des marchés, la réforme électorale. La seule fracture territoriale significative redevient ainsi celle qui oppose le Nord et le Sud : grave, mais pas au point de mettre en cause l’unité et ’identité nationales. Les risques de division ont-ils donc disparu ? Les tensions indépendantistes se sont-elles évanouies ? Je ne l’affirmerais pas. Je pense au contraire que ce conflit a simplement revêtu une autre forme, emprunté une autre voie.
File in questo prodotto:
Non ci sono file associati a questo prodotto.

I documenti in IRIS sono protetti da copyright e tutti i diritti sono riservati, salvo diversa indicazione.

Utilizza questo identificativo per citare o creare un link a questo documento: https://hdl.handle.net/11576/2657542
Citazioni
  • ???jsp.display-item.citation.pmc??? ND
  • Scopus ND
  • ???jsp.display-item.citation.isi??? ND
social impact